Cerise sous le gâteau


  Bio à la première personne 


(parce que c'est quand même un peu étrange les gens qui parlent d'eux à la troisième personne)

Début des années 70, mon grand père Dante emprunte une vache, estimant qu'il n'est pas envisageable que le précieux nourrisson que je suis boive le lait du supermarché, il refusera de la rendre.

Peu après je rentre en toute petite section et je n'aime pas trop ça, surtout la sieste... c'est déprime et il n'y a même pas de vaches.

Mes parents me refusent la vache de mes rêves au motif douteux que l'appartement n'est pas adapté pour la recevoir. Ils m'offrent un poisson rouge qui ne résistera pas longtemps à mes câlins.

Je poursuis ma scolarité en Arabie Saoudite, et c'est plutôt chouette : école le matin, soleil toute l'année, piscine et mer rouge (mon point de vue sur la situation géopolitique à 4 ans).

J'apprends l'alphabet au Nigéria. Je n'ai encore école que le matin et le plus souvent il fait chaud. Je dessine des femmes en boubous colorés avec des bébés dans le dos. Mon père m'offre un horrible poussin déplumé à grosse tête baptisé Ikoyi.

En Italie, je perfectionne ma technique de traite et j'apprends à faire le fromage.

Début des années 80, je retourne à l'école en France, le matin... mais l'après-midi aussi ! Je trouve les journées longues et le climat froid et humide.

Je remets Ikoyi dans sa boîte et on remonte dans l'avion direction Bagdad. L'Iraq est en guerre contre l'Iran, mais vu de l'école française ça fait juste quelques pénuries, coupures de courants et alertes aériennes. On va se cacher sous l'escalier et après on retourne en récré.

Une nuit, dans la salle d'attente d'un aéroport, j'emprunte et lis mon premier livre de grand. Je n'arrêterai plus de lire que pour manger, dormir, jouer... et aller à l'école.

Début des années 90, quelques petits aller-retours entre la France et l'Algérie plus loin je m'inscris en fac de droit à Paris et renonce à adopter une vache.

Je termine mes études avec joie pour m'en aller mettre en application ce que j'ai appris dans un petit ministère parisien où je suis en charge des statuts des personnels (non ce n'est pas de la sculpture).

Début du 21e siècle, je m'installe à la Vache Noire, où naissent Johanna et Benjamin, que je fais pousser et voyager en leur racontant des histoires, qui se transforment en livres.

Quelques voyages plus tard Maya vient les rejoindre et nous quittons la région parisienne pour la Gironde, où il y aura plein de place pour faire pousser et ranger des tas d'enfants, de livres, de tomates et d'animaux.